Bienvenue sur le site de la Communauté des frères de Saint-Jean

Qui sommes nous?


Le charisme de la Communauté Saint-Jean est de chercher à suivre Jésus-Christ, à la manière de l’apôtre saint Jean «afin de donner à l’Eglise d’aujourd’hui et au monde entier le témoignage du primat absolu de l’amour du cœur de Jésus, son amour filial pour le père qu’il glorifie, son amour pour les hommes qu’il sauve».*

Le père Marie-Dominique PHILIPPE (1912-2006), le fondateur de la Communauté Saint-Jean, voulait que nous soyons pour l’Eglise ce que saint Jean fut pour le Christ.

Saint Jean est d’abord l’apôtre qui reposa sur le Cœur de Jésus au cours de la dernière Cène. Ainsi à la suite de saint Jean, nous voulons ancrer notre vie dans la contemplation du Verbe de Dieu, à travers l’oraison silencieuse, l’adoration, l’eucharistie quotidienne et la prière des heures. Cette vie de prière est la source de notre vie religieuse qui veut témoigner d’une totale consécration à Jésus et au Père, et par là manifester la transcendance de l’amour divin.

Cette vie de prière réclame de s’épanouir dans la charité fraternelle sur laquelle saint Jean a beaucoup insisté. C’est dans son Evangile que se trouve le « commandement nouveau » de Jésus : « comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres » (Jn 13, 34). Nous avons choisi de vivre ce commandement d’amour, par une vie religieuse communautaire. Les frères vivent cette vie fraternelle en petites communautés : les prieurés.

La vie d’étude fait partie intégrante de notre consécration au Christ. En effet, celui-ci se présente lui-même dans l’Évangile de saint Jean comme « la Vérité » (Jn 14, 6). De plus, Jésus a prié pour tous ses disciples, afin qu’ils soient «consacrés dans la vérité» (Jn 17,17-19). Les frères reçoivent cette prière du Christ comme une incitation forte à inscrire leur travail philosophique et théologique au cœur de leur vie religieuse. Dans cette vie d’étude, nous recherchons une connaissance plus profonde de ce qu’est l’homme et par là à être plus attentifs aux interrogations des hommes du monde d’aujourd’hui. Cette recherche permanente nourrit notre contemplation de Dieu.

L'activité apostolique de ces prieurés s'efforce d'être le rayonnement de la vie de prière, de la vie fraternelle et de la vie d’étude des frères. Demeurer dans un regard contemplatif et être attentif aux besoins des hommes fait l’unité de notre vie apostolique. C'est pourquoi le premier rôle des prieurés est d'être des oasis spirituelles où l’homme peut venir se ressourcer auprès du Dieu qui est Amour et Lumière comme saint jean écrit dans sa première Epître.

Afin d’être au service de l’Eglise, c’est en réponse aux demandes des évêques que nos prieurés sont fondés.. Les pasteurs nous confient par exemple des lieux de formations ou de retraites, des paroisses, des sanctuaires, des aumôneries…, Nous nous efforçons d’accomplir ces missions, selon notre charisme, avec une attention particulière aux jeunes et aux familles.Le plus souvent, nous ouvrons dans nos prieurés un centre spirituel (une «école Saint-Jean») pour aider à la formation de l’intelligence et du cœur. Enfin, à l'initiative de certains frères, des associations caritatives se sont développées dans des prieurés.

Aujourd’hui, la Communauté des frères de Saint-Jean est présente dans une trentaine de pays (63 prieurés) et se compose de 540 frères. Elle est étroitement liée, par son fondateur, aux sœurs contemplatives de Saint-Jean et aux sœurs apostoliques de Saint-Jean. Avec les oblats séculiers (laïcs engagés auprès de la communauté) ces trois branches de la Communauté Saint-Jean forment une nouvelle famille dans l’Eglise : la Famille Saint Jean.

* Père Marie-Dominique PHILIPPE (Charte de charité)


Questions au Père Marie-Dominique PHILIPPE 

  • Pourquoi la communauté a-t-elle pris le nom de "Saint-Jean" ?

Un jour, j'ai reçu un appel de Rome ; on me demandait quel nom il fallait donner à cette nouvelle famille religieuse. J'avoue que je n'y avais pas beaucoup pensé : quand on est très uni à certains, on ne pense pas à les nommer, on vit avec eux.

J'ai tout de même répondu : "- écoutez, puisque vous me demandez quel nom donner, moi n'en vois qu'un, c'est Saint-Jean
- Oh ! très bien, très bien ".
Et cela s'est conclu ainsi. Après, j'y ai beaucoup réfléchi, et j'ai compris qu'il n'y avait pas d'autre nom possible.

  • Pourtant vous être dominicain : quel rapport avec l'apôtre Jean ?

Saint Dominique et saint Jean sont tellement proches, pour moi. J'ai toujours beaucoup aimé aller de La Somme théologique de Thomas d'Aquin à l'évangile de Jean : l'Evangile de Jean nous fait vivre directement le mystère de Jésus, et La Somme théologique nous permet de purifier notre imagination et notre intelligence afin que nous soyons plus intelligents pour Jésus. Il y a un lien très fort entre l'aspect doctrinal de saint Thomas et saint Jean, ce dernier est d'ailleurs appelé "le théologien" par les Orientaux.

  • L'apôtre Jean est-il caractérisé par un certain regard sur le mystère du Christ?

Oui, ce regard nous est donné dans son évangile. Il consiste d'abord en un lien très particulier avec le mystère de l'Eucharistie : Jean est celui qui a parlé de la manière la plus étonnante du mystère du " pain de vie " (Jean 6,26-58) ; et il est le seul à nous montrer " le lavement des pieds " (Jean 13,2-15), c'est-à-dire cette purification ultime du pardon, nécessaire à quiconque veut s'approcher de la table sainte.

L'Eucharistie conduit à la Croix et permet le mystère de la Croix: saint Jean est aussi le seul disciple fidèle au pied de la croix. Il y vit du mystère de la compassion de Marie, parce qu'il est très uni à Jésus et tout proche de Marie. Cependant Jésus veut plus: il donne Marie à Jean, qui la prend " chez lui " (Jean 19,27), c'est-à-dire au plus profond de son cœur.

Ainsi Jean nous apprend à vivre dans la fidélité jusqu'à la Croix, en vivant ce mystère comme Marie l'a vécu, dans la foi, l'espérance et l'amour. Car à travers ce mystère nous recevons directement de Jésus ce don ultime qu'est Marie; Jésus la confie à Jean pour lui montrer combien il l'aime et veut tout lui donner, pour qu'il soit fidèle et aille jusqu'au bout des exigences de l'amour divin.