Bienvenue sur le site de la Communauté des frères de Saint-Jean

École de Vie à Cebu

 
 
 
Quelques mots sur l’École de Vie à Cebu
article du fr Marie-Étienne
 
 
 
Ce 5 mars 2017 au prieuré, 9 jeunes arboraient fièrement leurs t-shirts dessinés par l’un d’entre eux et recevaient une bénédiction spéciale à la fin de la Messe après leur 6 mois d’École de Vie : Monna, Rhéa, Désirée, Audrey, May-Grace toutes cinq philippines, et Cécile (Taiwan), Fernando(Mexico), Crystal (USA) et Pierre (Suisse). Deux moments ont particulièrement marqué la fin de cette école de vie 2016-2017 et je voudrais les partager avec vous.
 
UNE SEMAINE DE MISSION PAROISSIALE
Le lundi 13 février, le minicar des frères descend au St John Center et rejoint les jeunes de l’École de Vie. On le charge de tout ce qu’il faut pour une semaine : départ pour le nord de l’île, vers Bogo City où se déroulera la mission que les jeunes préparent depuis plusieurs semaines. Au fond du car, un gros carton rempli de crucifix. Durant les semaines précédentes, nos jeunes ont assemblé, poncé, verni ces croix qui seront données aux familles visitées pendant la mission. La ville de Bogo est à environ 80 km de Cebu mais il faut bien trois ou quatre heures pour y arriver vu la circulation… « Father Pat » y attend les jeunes dans un quartier un peu extérieur, habité principalement par des familles d’ouvriers pauvres qui travaillent en ville ou exploitent un petit bout de terrain. Les jeunes logent à « Nazareth », une petite communauté de laïcs qui vivent là une vie très simple. De Nazareth, ce lieu a vraiment la pauvreté et simplicité extrême ! Durant les après-midi, l’école de vie part visiter les familles, simplement pour les rencontrer. Ici, une visite est si précieuse ! Il s’agit d’aller dire « Paix à cette maison ». Le soir, les enfants et leurs mamans se rassemblent dans la petite chapelle. Les enfants découvrent l’adoration eucharistique, les plus grands se confessent. Un peu plus tard dans la semaine, les jeunes repartent vers les même familles et leur apportent les crucifix comme signe de foi. Avec cela, ils ont pu rassembler quelques dons pour apporter aussi un paquet de riz et quelques provisions de base. Mais quand ces présents sont offerts dans les pauvres maisons, les mamans disent à nos jeunes : « Nous n’avons pas besoin du riz, gardez-le pour ceux qui sont plus pauvres, mais la Croix, oui, on la veut, c’est très beau pour notre maison ! » Une fois de plus, ce sont ceux vers qui nous sommes envoyés qui nous enseignent…
 
Dans la journée, les jeunes vont au-devant des adolescents et étudiants dans plusieurs écoles pour des sessions de deux heures sur l’amour, la sexualité, la pureté. Il faut savoir que le nombre d’adolescentes enceintes augmente ici dramatiquement. Mais aux Philippines, même dans une école publique, un groupe de jeunes menés par un prêtre et une sœur en habit est accueilli les bras ouverts ! Avec chants de louanges, jeux et diaporamas, nos jeunes font passer un message qui touche les jeunes. Au lieu d’une école prévue initialement au programme, ils en visiteront finalement cinq ! 
A la fin de la semaine, la messe rassemble les quelques familles du pauvre « sitio » autour de la chapelle. Les jeunes rendent grâce d’avoir pu partager avec ces familles ce qu’ils ont appris durant ces six mois : se recevoir simplement en frères et sœurs et vivre avec Jésus. Il y a une belle joie partagée, premier fruit de cette mission.
 
 
ÉCRIRE UNE ICONE
Après les tracas, les fatigues et les joies de la mission, l’École de Vie rentrée à Cebu va commencer une autre chose apparemment impossible : peindre, ou plutôt écrire, une icône ! Anne Arnauld, belle-sœur de frère Vincent de Paul, va rendre cela possible et commence par les mettre en confiance : soyez comme des enfants, abandonnez-vous à Dieu, Il va vous guider ! L’abandon et l’effort marchent ensemble : 7 heures de travail par jour, fatigue du corps, des yeux, concentration. Après 7 jours, 9 icônes sont placées devant l’autel du prieuré pour une veillée finale. On ne peut pas ne pas se laisser toucher par la beauté de cet instant : ces jeunes qui viennent prier l’un après l’autre et dire leur action de grâce. Si les icônes sont comme des fenêtres ouvertes sur la Gloire, on ne pouvait trouver mieux pour finir ces six mois : il s’agit d’être des saints, d’être nous aussi l’image vivante de Dieu ! Puis nous adorons Jésus-Hostie en lui demandant de bénir chacun de ces jeunes qui va maintenant continuer sa route. C’est vraiment Lui qui a uni ce groupe et a formé ces cœurs, spécialement à travers le quotidien de la vie commune.
 
Dans la joie de ce dimanche de Mars, en voyant les sourires, en entendant l’un témoigner qu’il avait été transformé par les vraies amitiés qu’il a trouvé ici, nous confions déjà à la Vierge Marie le prochain groupe qui commencera en septembre 2017 !   
Frère Marie-Étienne